Chercher

veronikdemers

Rêver. Rire. Écrire.

Travailler pour vivre a bien meilleur goût!

Véro Profil Facebook.jpg

Comme la devise d’Educ’alcool le mentionne, « La modération a bien meilleur goût ». Dans mon cas, un horaire de travail « modéré » – avec moins d’heures qu’au cours des dernières années – me permet de prendre soin de ma santé mentale, physique et spirituelle.

J’apprends de plus en plus à avoir une vie équilibrée. Car c’est dans l’équilibre qu’on peut arriver pleinement à progresser, selon moi, dans tous les domaines de notre vie. À l’exemple d’un fildefériste, celui-ci avance seulement s’il est en équilibre sur son fil, qu’il soit perché à 2 mètres ou à 10 mètres de hauteur.

Voilà. J’aime le dire et le répéter: Je veux travailler pour vivre et non vivre pour travailler. Voici un récent portrait de moi dans le Blog de Kiwili.

Bonne lecture et bonne semaine!

 

Advertisements

Eight Tips For Sustainable Blogging — The Daily Post

Try these smart strategies to keep your blog alive for years.

via Eight Tips For Sustainable Blogging — The Daily Post

À vos marques… lancez votre projet!

Trois, deux, un… Partez! Si vous attendez d’être prêt à 100% pour lancer un projet, ça n’arrivera pas. Nous sommes dans un monde imparfait; nous ne serons donc jamais préparés à 100% (quoiqu’on peut avoir 100% en maths, mais c’est une autre histoire). Il y aura toujours des impondérables. Toutefois, on peut planifier le plus possible, pour ne pas se casser la gueule et mener ledit projet à terme.

 

J’ai discuté récemment avec Christian DesRosiers, stratège en gestion de projets et président de Novecom. Il propose 5 étapes à franchir avant de donner le feu vert au projet, peu importe son ampleur. Évidemment, plus le projet est important, voire titanesque, plus  il faudra établir un calendrier détaillé des étapes à franchir, avec des dates butoirs sur les tâches à accomplir, et les personnes qui en sont responsables.

Je vous laisse lire mon article, marquant ma troisième collaboration pour le Blog de Kiwili:

5 étapes à suivre avant de lancer un projet

Christian DesRosiers
Christian DesRosiers, président et consultant principal de Novecom, spécialisée en gestion de projets.

Je retiens entre autres de mon entretien avec M. DesRosiers l’importance de bien définir les besoins du client et de vérifier si l’on peut lui offrir l’ensemble des services demandés. Si tel n’est pas le cas, confier certaines étapes du projet en sous-traitance ou encore reconnaître que ça dépasse notre champ de compétence. Quoi qu’il en soit, la préparation est importante.

Mais de grâce, lancez-vous!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Être organisé grâce à la technologie… OUI!

Êtes-vous du genre bordélique? La gestion et le suivi de projets ne représentent pas votre tasse de thé; vous hésitez donc sérieusement à vous lancer en affaires? Il est possible de bien fonctionner grâce à quelques outils!

Technologies virage numerique Pixabay

Bien sûr, il faut avoir un minimum de discipline personnelle et utiliser ces dits outils à leur plein potentiel.

Dans mon deuxième article sur le blog de Kiwili, je m’entretiens avec Jean-François Brebion, un spécialiste du numérique. Le président du Groupe Cogi-T confie que l’organisation et la gestion des projets n’est pas nécessairement sa force, mais qu’en utilisant quelques App de base (comme un agenda électronique, un gestionnaire de contacts et un logiciel de comptabilité), tout se porte comme un charme.

Pour lire l’article, CLIQUEZ ICI.

 

 

Ça y est, c’est parti avec Kiwili!

Bonjour! J’aimerais vous partager aujourd’hui le principe biblique de la semence et de la récolte, qu’on retrouve notamment dans quelques versets de 2 Corinthiens 9:

6Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment. 7Que chacun donne comme il l’a résolu en son coeur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie. 8Et Dieu peut vous combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne oeuvre, 9selon qu’il est écrit: Il a fait des largesses, il a donné aux indigents; Sa justice subsiste à jamais.

Au cours des derniers mois, j’ai « semé » à divers endroits et je commence à récolter le fruit de mes efforts, avec des collaborations à titre de rédactrice. Récemment, j’ai entamé un beau partenariat pour le blog de Kiwili. Voici mon premier article, qui dresse le portrait de l’entrepreneur Louis-Sébastien Caron, de Dracar conception web. Pour lire le portrait, CLIQUEZ ICI.

Louis-Sebastien Caron
Louis-Sébastien Caron, président et cofondateur de Dracar conception web, une entreprise de Lévis spécialisée dans la conception de sites web et d’hébergement. 

 

 

ENGAGEZ-VOUS!

À la guerre comme à la guerre… Engagez-vous! Pardieu! Sur le champ de bataille de l’entrepreneuriat, êtes-vous fin prêts à affronter les luttes de toutes sortes?

Engagez vous Guerre

Négociations «en duel» plus ou moins évidentes entre un client potentiel et vous; «combats de groupe» avec d’autres soumissionnaires pour un donneur d’ouvrage; sollicitation épique auprès d’un contact qui n’a pas déclaré forfait mais n’a pas donné signe de vie depuis longtemps…

Peu importe à quelle étape vous en êtes dans votre entreprise, vous devez prendre un engagement ferme en vous lançant à pieds joints, en-dehors des tranchées! Je vous invite à lire l’article de Marie-Ève Plamondon dans Les Inspirés.L’engagement est un combat de chaque instant. Ça peut faire peur, puisqu’on quitte le confort d’un emploi avec des avantages sociaux et l’arrivée d’une une paie régulière aux deux semaines.

PETIT CONSEIL D’AMI: Assurez-vous de consacrer au moins 60% de votre temps en semaine à votre entreprise. Dans ces 60%, carburez à 100% dans l’exécution de vos tâches et mettez-y toute la gomme. Je vous propose de lire un autre article, cette fois de Travis Bradberry (coauteur de L’intelligence émotionnelle 2.0), énumérant en quelques points comment les gens d’affaires ayant beaucoup de succès fonctionnent au quotidien. Il y rappelle entre autres la loi de Pareto, c’est-à-dire que 80% des résultats que nous obtenons sont issus de 20% de nos activités. Ainsi, une grande majorité de nos ventes sont générées par une petite minorité de nos clients.

Bien sûr, ce n’est pas un péché que de garder un pied dans le marché traditionnel du travail, le temps que vous bâtissiez votre clientèle. Il faut en moyenne de 4 à 6 sollicitations avant d’arriver à conclure un contrat, une entente ou réaliser un premier test pour un client qui pourrait solliciter vos services pour un mandat ponctuel ou à long terme, bien sûr, si vous avez des atomes crochus professionnels.

Plus vous serez engagé dans votre entreprise et que, chaque jour, vous y investirez fidèlement temps, argent et ressources, vous ne pourrez autrement que réussir. Pour le reste, il s’agit peut-être d’une question d’attitude et de perception. Qu’en pensez-vous?

Bref, sur une échelle de 1 à 10, à quel point êtes-vous engagé dans votre entreprise?

Fort McMurray, le trou du cul du monde.

Un texte sur Fort McMurray qui jette un regard percutant au-delà de la tragédie…

♘ Jean-François Hotte

Je m’excuse à l’avance, il est possible que la poussière ne soit pas encore retombée.

Avant de lire ces quelques lignes, il faut mettre de coté la sensibilité et la compassion pour les gens qui ont perdu leur maison. Sans coeur, aussi immonde que ça puisse paraître, il faut faire abstraction de ces vies chamboulées. Il y a parfois des événements ironiques dans la vie. Des situations qui nous permettent de penser autrement, en perspective, à quelque chose de plus grand.

FortMcMurray

Un court séjour chez Maurice

J’ai déménagé à Fort McMurray en 2009. Comme plusieurs autres canadiens, je cherchais un moyen facile de faire de l’argent. Un salaire de 100,000$ par année, c’était attrayant pour un jeune de 19 ans tout juste gradué du Cégep. « Je vais placer de l’argent de coté, payer mes dettes d’études, et je reviendrai au Québec avec un gros char ». C’est la même pensée qui traverse l’esprit de milliers de jeunes canadiens à…

View original post 1 120 autres mots

S’adapter, c’est survivre!

Matinée du 9 mai 2016. Il NEIGE! Que dit-on déjà? En avril, ne te découvre pas d’un fil. D’accord. Mais en mai? Couvre-toi le bout du nez? Bref, les choses se passent-elles souvent comme prévu dans votre vie? Moi non. C’est pour ça que je veux vous parler de la capacité d’adaptation, une forme d’intelligence très importante, à mon avis.

D’ailleurs, l’écrivain André Gide résume l’intelligence à la faculté d’adaptation. Si on ne tient pas compte du monde changeant et de l’environnement fluctuant, on est voués à mourir à petit feu. Je ne parle pas ici de combustion spontanée! Lol.

En observant la nature d’un peu plus près, on peut voir le roseau valser contre vents et marées. Le roseau est flexible; lorsque la tempête arrive, il peut plier sous le poids de la neige et des autres éléments extérieurs intempestifs, sans jamais casser.

Faculte d'adaptation

Un autre exemple — cette fois chez les humains — est Nic Vujicic, un Australien de 33 ans sans bras ni jambes. Malgré ses limites physiques et une tentative de suicide alors qu’il était plus jeune, le prédicateur chrétien a remonté la pente. Il s’est non seulement adapté à sa condition particulière, mais a décidé d’être un outil puissant entre les mains de Dieu pour encourager les jeunes et moins jeunes à persévérer, malgré les difficultés du quotidien.

Une question d’attitude

Comment devient-on flexible? Comment s’adapte-t-on, me direz-vous? Je crois qu’il y a rarement une SEULE solution à un problème. La plupart du temps, j’envisage toujours une option B ou même C à une situation donnée. Cela donne ainsi une marge de manoeuvre pour continuer d’avancer, si l’option A risque de nous mener vers un cul-de-sac.

Avoir quelques options sous la main peut se comparer à des cartes que l’on possède pour continuer de jouer au jeu de la vie. C’est imaginer que tout n’est pas fini; c’est avoir plus qu’une porte de sortie.

Souvent, notre capacité d’adaptation va se refléter dans notre attitude. Nous pouvons demeurer optimiste et confiant, malgré les difficultés, puisque nous pouvons compter sur un Dieu plus grand que nous-même. Nous pourrons alors atteindre un nouveau sommet après avoir franchi une montagne de difficultés. Qu’en pensez-vous? Comme un conférencier a déjà dit, «L’attitude détermine l’altitude».

Quant à vous, à quoi vous êtes-vous adapté récemment? Quels en ont été les conséquences?

J’attends de vos nouvelles!

 

Êtes-vous organisé?

5 trucs pour mettre en place une mécanique de travail efficace

À trop vouloir tirer partout, on risque fort de rater la cible. Ça vous rappelle quelque chose? J’ai déjà abordé, dans Un projet = une cible, l’importance de se fixer un objectif principal au travail. Voici 5 pistes pour vous aider à être structuré dans vos tâches quotidiennes et éviter de tourner en rond, afin d’atteindre cet objectif. Je dois moi-même les appliquer, car l’esprit cartésien n’est pas ancré naturellement en moi. 

Organisation du travail

1- Planifiez. Planifiez. Planifiez. On ne le redira jamais assez. Sur papier, à l’ordinateur ou sur un autre support électronique, car les paroles s’envolent et les écrits restent. Notez les tâches que vous devez absolument faire dans la journée même et évaluez le temps qu’il faudra y investir. Il ne sert à rien de surcharger cette feuille ou ce document; cela ne fera que vous étourdir et vous décourager.

2. Occupez-vous des tâches les plus assommantes (lire plates) en début de journée. Comme ça, vous ne traînerez pas de fardeau pendant toute votre journée. Et votre esprit sera plus léger!

3. Respectez votre horloge biologique. Êtes-vous lève-tôt? Lève-tard? À quel moment de la journée êtes-vous le plus performant? Choisissez si possible les tâches les plus exigeantes au moment de la journée où vous êtes au TOP de votre forme!

4. Segmentez vos «missions». En d’autres mots, bloquez-vous du temps pour réaliser vos tâches spécifiques. La clé est de se concentrer pendant ce bloc de temps à cette tâche spécifique et ne pas y déroger. Cela veut dire qu’il faut oublier les appels, les courriels, etc., Ainsi, vous passerez en troisième vitesse et vous vous rendrez compte plus vite que prévu que vous serez prêt à passer à une autre tâche.

5. Accordez-vous des pauses. Et des récompenses! Les enfants ne tiennent quasiment pas en place et les ados restent concentrés environ une vingtaine de minutes. Quant aux adultes, peuvent-ils tenir pendant plusieurs heures? Sans avoir effectué d’étude exhaustive à ce sujet, je crois qu’une petite pause à chaque heure (5-7 minutes environ) permet de recharger notre réservoir de concentration. Ne serait-ce que se lever de son poste de travail (pour ceux qui sont assis pendant toute la journée) et se dégourdir un peu. Ça change le mal de place, comme on dit.

Enfin, après une journée bien remplie et particulièrement réussie par rapport à votre liste de tâches (de grâce, respectez au moins 60% de vos engagements!), profitez-en pour vous accorder une récompense: une petite douceur, une émission sur Netflix, la lecture du prochain chapitre d’un roman ou toute autre activité qui vous plaît.

 

Voici un article intéressant d’Olivier Schmouker sur le site web Les affaires, duquel je me suis grandement inspirée: http://www.lesaffaires.com/blogues/olivier-schmouker/les-10-commandements-d-une-parfaite-organisation-du-travail/583098/3

 

 

 

 

 

 

Créez un site Web ou un blogue gratuit sur WordPress.com.

Up ↑